EDGAR DEGAS (ATTRIBUÉ À)

Lot 248
10 000 - 20 000 €
Résultat: 15 000 €

EDGAR DEGAS (ATTRIBUÉ À)

LA PETITE DANSEUSE, MARIONNETTE PROVENANT DU THÉÂTRE DES NABOTS DE MME FORAIN Sculpture modelée vers 1904, 80 cm. Peintre impressionniste de renom, Degas réalise le modèle de cette sculpture alors que la cécité le gagne. Cette sculpture reprend le modèle original, réalisé en cire en 1880, représentant la jeune danseuse Marie Van Goethem, âgée de 14 ans. Lors de son exposition en 1881, l'oeuvre, présentée dans une cage de verre, surprit par le réalisme sans concession du visage, dont le traitement par la technique de la cire et l'emploi de véritables accessoires accentuait l'illusion de la réalité. Oeuvre exceptionnelle, tête en bois sculpté et peint. Bras, mains, pieds en bois. Cheveux naturels. On joint à cette marionnette un lot de contrôles Howard. Expositions: Musée Galliéra, Paris (1939), Musée des Arts et Traditions populaires (1952), Musée Gadagne, Lyon (2008). En 1904, Mme Forain, épouse du peintre Forain, peintre et sculpteur elle-même, rencontre sur les bords d'une route près de Deauville, une voiture de saltimbanques renversée dans un fossé. Un article paru dans «Lectures pour tous» de 1906 indique qu'il s'agissait d'une famille de marionnettistes issue de l'aristocratie de la marionnette, en exercice depuis Louis XIV. De père en fils, les membres de cette famille se transmettaient les secrets de leur art. D'après Jacques Chesnais, il s'agissait des Horward. La troupe étant réduite à la misère, Mme Forain rassemble les débris du petit théâtre, organise une représentation à leur bénéfice et adopte la famille et leurs marionnettes qu'elle ramène à Paris, dans son hôtel de la rue Spontini. Cette rencontre donne à Mme Forain l'envie de fonder sa propre troupe de marionnettes. On installe alors un atelier dans les sous-sols de son hôtel. Des ouvriers dégrossissent les blocs de tilleul, sculptent les bras et les mains. Mme Forain crée des moulages de tête et de corps servant de modèle pour l'exécution en bois. Cheveux et barbes sont en cheveux et poils véritables. Des amies de la bonne société, Mesdames de Lépine, Iscovesco, Caran d'Ache..., viennent prêter main forte pour les costumes en soie, satin, brocart et mousseline. Faute de savoir coudre, la princesse de Bibesco aurait offert son collier de perles à l'une des marionnettes. Le Théâtre des Nabots comptait environ 80 marionnettes, danseuses, princesses, jongleuses, grotesques..., imaginées principalement par Mme Forain. La tête de l'une des danseuses a été modelée par Edgar Degas, ami intime de Mme Forain. Ces marionnettes ont joué pour les enfants de la bonne société parisienne «La Belle au bois dormant» et plusieurs numéros à l'occasion de loteries de l'oeuvre de la Mère Gigogne organisées par Mme Forain en faveur de familles pauvres. Dans les coulisses, une dizaine de chanteurs et de chanteuses prêtaient leur voix aux marionnettes, une douzaine de personnes les manipulaient. Certaines des marionnettes du Théâtre des Nabots, acquises par Jacques Chesnais, étaient montées sur des contrôles Howard. Il est vraisemblable que des marionnettistes de cette famille les aient manipulés
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue